50 ans de souvenirs 1

banniere-50ansdesouvenirs-5

 

 

Retrouvez ici tous les souvenirs de 50 années d'existence de l'IIE, aujourd'hui ENSIIE, en photos, en témoignages, etc...
 

Part 1 : Souvenirs Promo 96

L'IIE a 50 ans ! Ça ne nous rajeunit pas.
 

 Je suis rentré en 1993, à une époque où les téléphones portables n'existaient pas et Internet démarrait à peine. Le fait de pouvoir consulter mes mails sur le Minitel à la maison était une révolution !
 

 L'expérience suivante m'avait particulièrement marqué, et j'en ai conservé longtemps des enseignements.
 

 Un jour de première ou deuxième année, je ne sais plus, on nous annonce qu'un nouveau logiciel d'intelligence artificielle a été installé, qu'il comprend le langage naturel, et qu'il répond aux emails comme un humain.  Pour le tester, les élèves sont invités à lui poser des questions et dialoguer avec lui.
 

 A chaque pause entre les cours, nous quittons nos polycopiés oranges, nous rejoignons les sous-sols sans fenêtres de l'IIE et nous nous jetions sur les terminaux VT100 (une sorte de Minitel en ligne de commande, avec un clavier Qwerty), d'abord pour consulter nos mails, puis surtout pour essayer ce super logiciel d'IA.

 

Chacun lui pose des questions anodines au début ("quel jour sommes nous ?"), un peu plus compliquées ("quel temps fera-t-il demain) voire beaucoup plus compliquées ("est-ce que ma copine va devenir ma femme ?").

A chaque fois le logiciel répond, avec une belle phrase bien tournée comme l'aurait fait un humain.
 

 A l'époque où Google n'existait pas, c'était réellement impressionnant.

Un peu trop peut-être…
 

 24 ou 48h plus tard, le directeur de l'école nous apprend que c'était bidon, que les réponses étaient écrites par l'admin système de l'école, et qu'il faut à tout moment conserver son esprit critique sur ce qu'on nous "vend".
 

 25 ans après, les polys oranges n'existent plus, les VT100 non plus, les moteurs d'IA ont rattrapé la fiction de l'époque, mais la morale de cette anecdote est toujours valable pour moi, avec un brin de mélancolie en plus.
 

 Bon anniversaire à l'IIE, et belle continuation pour encore quelques cinquantenaires.
 

Colas HUMMEL

IIE96

Ingénieur au Ministère de la Défense


Part 2 : Promo 1989

 

Photo de la promotion 1989 à son entrée en 1986 :

IIE1986recto0002

 

IIE1986recto0001

 

   ECaillaux2017    Emmanuel Caillaux, Promo 1989, Chef de projet Orange

 

Quelques anecdotes de mon passage à l’école entre 1986 et 1989 :

 

  • Lors de la soirée d’intégration IIE 1986, pour ne pas dire bizutage, notre groupe composé au hasard a terminé premier aux épreuves imposées : ce soir là, le deuxième année spécialiste du babyfoot n’a rien pu contre mon expérience acquise durant mes années de lycée, (nous nous sommes ensuite souvent retrouvés autour du babyfoot durant les pauses) et Yannick dans notre équipe nous a sidéré en réussissant pratiquement du premier coup l’épreuve du bilboquet.

Cette traditionnelle soirée d’intégration a t’elle été conservée sous une autre forme les années suivantes ?  

Réponse : oui l'intégration existe toujours, par contre, ce n'est plus une soirée d'intégration c'est une quinzaine d'intégration, hé oui tout augmente. Pour le bizutage, conformément à la loi de 1998, les élèves s'engagent à ne pas le pratiquer, à savoir "d'amener une personne à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif".

  • Premier TP d’informatique à l’IIE sur un PC muni d’une disquette de 5 pouces ¼ comme seul moyen de sauvegarde, à l’époque les disques durs étaient rares  : au bout de 2 heures de travail un autre élève se prend les pieds dans le câble et mon PC s’éteint, tout mon travail part en fumée et c’est là que je découvre la nécessité de sauvegarder très régulièrement, l’ex taupin s’est adapté très vite à l’informatique  et la nécessité de sauvegarder à chaque modification !

disquette 5 pouces1.4

 

 

Part 3 : Le RallIIE promo 1991

 

 

       1990 - RALLIIE 3

L'un des équipages de RALLIIE en 1991 : la voiture d' Eric DALGER (promo 92)

 

 

 

1990 - RALLIIE 2

 

Photo de groupe des organisateurs dont   

Valérie LYSKAWA - DALGER (promo 92) ►  

 

 

1990 - RALLIIE

Lancement du RallIIE par le directeur, Alain CABANES

 

Un grand merci à Valérie DALGER LYSKAWA pour ce témoignage ainsi que pour les photos !

 

Part 4 : Souvenirs promo 1975

 

TÉMOIGNAGE DE JEAN-JACQUES SAMUEL PROMO 1975

P1020170    (*)

 

          

Je dois faire partie des plus anciens élèves de l'IIE. J'ai   eu mon diplôme en 1975 et comme j'ai été absent une    année au cours de mon parcours , je suis donc entré à   l’école en septembre 1971. Je crois bien que c'était sa première année d'existence.
 

Nous étions dans les locaux des Arts et Métiers, Près de République, à Paris. Le directeur s'appelait M. Pichat. Mon Directeur de  mémoire était M. Lussato, un précurseur qui voyait déjà poindre à l'horizon les ordinateurs personnels. Mon mémoire était d'ailleurs sur le thème de la micro-informatique, qui était un sujet futuriste à l'époque des grosses machines IBM avec, au mieux, des terminaux câblés. C'était le temps des cartes perforées, des bandes magnétiques dans des armoires, etc.
 

            J'ai travaillé deux ans au service informatique d'une grande banque et j'ai pris conscience que ma voie était ailleurs. J'ai démissionné et me suis formé au travail manuel qui m'épanouissait davantage. J'ai passé un CAP de maçonnerie, puis plus tard j'ai exercé le métier de maraîcher pendant 14 ans avec beaucoup de bonheur. Vers 45 ans la situation économique dans l'agriculture m'a amené à revenir vers un métier intellectuel : formateur en prévention des violences. J'avais participé à des missions au service des Droits Humains et m'était confronté à la violence de pays en guerre en tant qu'observateur étranger et accompagnateur de personnes menacées pour leurs opinions.
 

            J'ai exercé ce métier en tant que formateur-consultant pendant plus de 20 ans avec des publics divers qui allaient de l’entreprise au milieu éducatif en passant par la gendarmerie. Je me suis formé entre temps à une méthode psychothérapie (Méthode Vittoz) qui m'a amené à accompagner individuellement des personnes en recherche. Je suis aujourd'hui à la retraite (j'ai 67 ans révolus) et j'ai écrit un livre (Retrouver mon étoile *) pour transmettre mes expériences et les méthodes que j'ai mises au point. Mon diplôme ne m'a pas beaucoup servi dans l'informatique elle-même, mais m’a ouvert des portes dans des domaines bien différents.
 

            Je vis aujourd’hui dans un petit village du sud-ouest où j’ai construit moi-même ma maison, apprends le piano et l’astrologie, pratique la méditation,  m’occupe toujours d’un potager familial et suis très investi dans la vie locale. J’ai eu trois enfants dont l’un est ingénieur dans l’éolien chez General Electric, une autre professeure des écoles et une troisième musicienne. J’ai 5 petits enfants encore jeunes dont les sourires éclairent ma vie.
 

            Comme quoi l’informatique peut mener à tout, n’est-ce pas ? Je souhaite à toutes et tous de ne pas s’enfermer dans un plan de carrière trop étroit et de conserver un lien fort avec vos besoins d’autonomie et de créativité.
 

            Bien amicalement

 

Jean-jacques SAMUEL

05 63 57 64 43

06 79 49 94 57

 

* mon livre est disponible chez l’auteur : retrouve@wanadoo.fr

 

(*) Photo JJ Samuel : Comme illustration j'ai choisi une photo de l'aube sur ma terrasse (la belle vie de retraité:-))

 

Part 5 : Souvenirs promo 1973

 

TÉMOIGNAGE DE PASCAL BONNARD PROMO 1973

 

C'était en 1971. L'école n'était pas encore reconnue en tant qu'école d'ingénieurs. Etienne Pichat allait en devenir directeur.

 

Le mot "informatique" commençait à être utilisé couramment. On sortait de la mécanographie. Les cartes perforées restaient un média incontournable. Quand je suis arrivé à l'école, les deuxièmes années nous ont fait la démonstration d'une trieuse de cartes perforées qui soi-disant était capable de trier les cartes par couleurs. Bien sûr, c'était une blague, les cartes                   étaientIBM_1403_printer_on_white_background perforées en fonction de leur couleur.

 

Dans le centre de calcul trônait une machine IBM 360-30 avec sa console 1052. Il avait quand même 64 k-mots de mémoire, et on pouvait lui soumettre un lot de 3 tâches, par exemple lire des cartes, calculer et imprimer. L'imprimante IBM 1403 avait la taille d'un buffet rustique, l'unité de lecture-perforation 1442 était à peine plus discrète, les lecteurs de bandes magnétique étaient au format d'une penderie tandis que les unités de disques 2311 (7,25 M) étaient de la taille d'un gros lave-linge. Les disques avaient un diamètre de 14 pouces.

IBM_System_360_model_30_profile.agr

 

 

 

A l'époque, on nous enseignait l'Assembleur 360, le Cobol et le Fortran. Il y avait une instruction importante : GO TO. Nos programmes étaient parsemés de "goto toto". On pouvait même écrire, dans certains dialectes COBOL, "alter toto to proceed titi", de façon à ce que "goto toto" fasse en fait "goto titi" (bonjour la maintenance). Il fallait utiliser des noms courts, parce ça devait tenir sur les cartes perforées que nous tapions parfois nous-mêmes. Mais il y avait déjà des gens qui écrivait des livres sur "comment programmer sans go to".

 

Je me souviens qu'un jour, la machine s'est arrêtée avec une alarme de température. Quand on la redémarrait, ça recommençait. D'ailleurs, il faisait chaud dans la salle de calcul. Il y avait des voyants inhabituels sur la climatisation. On a fini par soulever les dalles du faux plancher près de la clim et là, surprise, il y avait 20 cm d'eau, avec les câbles qui baignaient dedans ! C'était une fuite dans la climatisation. Ce système 360 était peut-être le premier ordinateur sur pilotis !

 

 

Alors, bon anniversaire à l'IIE, 50 ans, ce n'est pas tant que cela. Nous serons aussi étonnés des évolutions à venir pour les 50 prochaines années !!!

 

Pascal BONNARD,

Retraité d'Orange Business Services, Expert Switching

 

 

Part 6 : que sont-ils devenus ?
 

article presse Molina

 

Un nouveau vicaire général pour le diocèse

SAINT VINCENT EN LIGNON

 

Le père Eric MOLINA sera vicaire général du diocèse de Saint-Etienne au 1er septembre. 

D’origine stéphanoise, issu d’une famille de culture chrétienne sans lien très fort avec l’Église, marquée par l’exil du côté paternel, dû à la guerre d’Espagne de 1939-1945, le père Eric vit une conversion en 1986 à 19 ans en allant voir avec sa sœur et son beau-frère le pape Jean-Paul II à Lyon, pour la béatification du père Antoine CHEVRIER. Il chemine et grandit dans la foi tout en suivant des études scientifiques. Ordonné prêtre en 2000, il commence par être vicaire puis curé de la paroisse Sainte Blandine. Depuis six ans, il est curé de la paroisse Saint François en Forez.

 

Merci à Eric Molina (IIE promo 1991) pour nous avoir envoyé ces nouvelles pour ses camarades

 

 
Dernière modification : 24/10/2018


Ajouter un commentaire

-- Répondre à un commentaire --

-- Ajouter un commentaire --

INFORMATION : Votre commentaire sera validé par un administrateur avant d'apparaître en ligne.

commentaire :

Envoyer